Retour sur le CMSday du 14 juin 2012

De izzetali UNLU dans Méthodes et Organisation

9 juil 2012

Retour du CMSday (14 Juin 2012 à Paris)

 

Ce salon était avant tout orienté décisionnel. Il avait pour but principal de donner une 1ère approche pour ceux qui n’ont jamais connu (ou peu) les CMS, leur puissance, leur utilité. D’un point de vue de technicien, les différentes conférences et tables rondes n’ont pas été vraiment instructives car il s’agissait avant tout de comparaisons de CMS selon des problématiques données, chaque représentant vantant les mérites de sa solution. 50% des programmes diffusés présentaient les CMS de gestion de contenu (exemple Joomla !) ce qui ne nous a pas vraiment apporté de connaissance supplémentaire technique par rapport à ceux que nous savions déjà (exemple architecture MVC, back-end, front-end, etc…)

Malgré tout, certaines informations nous ont parues importantes et intéressantes à approfondir.

D’autres programmes présentaient les « CMS e-commerce spécialisés gestion de contenu » à ne pas confondre avec les CMS e-commerce, pour les sites commerciaux avec des transactions bancaires.

Gestion de la performance, quelles sont les avancées des CMS ? Quelles sont les bonnes pratiques
Nous devons nous préoccuper de la performance de nos sites web car :

  • De plus en plus de traffic
  • De plus en plus de contenus (photos, videos …)
  • Besoin de disponibilité
  • Charges inattendues (buzz, reportage qui amène un pic de visiteur soudain)
  • Le temps c’est de l’argent (sous ce vieil adage bien connu se cache une réalité qui ressort de plusieurs études, les gens achètent plus sur un site qui se charge rapidement)

Il faut également noter que la charge serveur sera plus importante si l’information doit être personnalisée (connexion de l’utilisateur). Cela va également poser des problèmes pour utiliser les systèmes de mise en cache des serveurs puisque le contenu peut être complètement différent d’un utilisateur à l’autre.

Il existe cependant des bonnes pratiques à mettre en place aussi bien côté serveur que côté client.

Côté serveur :

  • Le cache
    • + rapidité de chargement
    • – invalidation en cas de changement répétés, difficile avec du contenu personnalisé
    • CDN (Content Delivery Network) / Reverse-proxy
      • Mêmes avantages et inconvénients que précédemment
    • Scalabilité (Répartition sur plusieurs serveurs Front & Séparation Front/Back)

A noter que ces bonnes pratiques peuvent être lourdes à mettre en place et ne présentent que peu d’intérêt dans le cas de site web de taille moyenne. En effet, le coup de mise en place et de maintenance de ce genre d’infrastructures peut être démesuré pour des sites simples à faible enjeu commercial.

Côté client :

Rien de nouveau. Il faut optimiser les images, les CSS et les JS en les compressant et en les rassemblant au maximum.

 

Révolution mobile, quelle couverture offrent les CMS ?


Selon les analystes, en 2014, Internet sera majoritairement mobile.
On peut distinguer 4 types de consultation mobile :

  • Urgent now : besoin d’informations rapidement (une adresse, un numéro de téléphone, des horaires d’ouverture)
  • Bored now : navigation pour passer le temps (par exemple dans les transports en commun)
  • Repetitive now : Consultation récurrente d’informations (actualités, sports …)
  • Edit now : rédaction de contenu depuis un terminal mobile.

La question qui se pose souvent est la suivante : Faut-il faire un site standard + une version mobile, un site en responsive design (adaptation automatique du site en fonction de l’espace disponible sur l’écran), ou une application mobile ?

La réponse à cette question n’est pas unique. Elle dépend avant tout de l’information à transmettre. Ce qui donne si on transpose cela aux 4 types de consultation précédents :

  • Urgent now : Version mobile dédiée et contenu spécifique au mobile. Le but est de fournir l’information le plus rapidement possible car la situation de consultation est urgente et le visiteur n’a besoin que du strict minimum.
  • Bored now : Il vaut mieux privilégier le responsive design ou l’application mobile car ici, on peut se permettre d’offrir une expérience plus riche, et le visiteur n’est pas particulièrement pressé
  • Repetitive now : De la même façon, il vaut mieux privilégier le responsive design ou l’application mobile
  • Edit now : Ici, tout dépend de la destination du contenu. Toutes les solutions sont envisageables selon les cas de figure

 

L’accessibilité des sites internet, rôle des CMS, des contributeurs ou des deux ?
La seule information importante que nous avons retenue lors de cette conférence est qu’il y a aujourd’hui une problématique qui se répercute chez la plupart des clients.

  1. La communication et la demande du client = 50%. La méthodologie de l’agilité que nous utilisons ne devrait pas nous poser de problème.
  2. La formation des contributeurs sur le back office = 50%. En effet, la plus part des CMS étant complet et donc complexe, la formation à l’utilisation du back office semble être le plus gros frein dans ce domaine et demande à ne pas négliger cette partie.

Bâtir son site e-commerce à partir d’un CMS. Est-ce possible ? Quels avantages ? Présentation de différentes approches.
Jusqu’à peu, nous avions d’un côté les CMS gestion de contenu et les CMS e-commerce. Lorsqu’il s’agissait de baptiser un site e-commerce beaucoup d’entreprises s’orientaient sur la solution « prendre le meilleur CMS gestion de contenu » et « prendre le meilleur CMS e-commerce ». Cette solution est bien entendu possible, mais présente beaucoup d’inconvénients :

  1. Utiliser et gérer 2 outils
  2. Avoir 2 serveurs (un pour la gestion de contenu, un autre pour la partie e-commerce)
  3. Masquer ou rendre transparent le passage de la gestion de contenu à la partie e-commerce
  4. Etc…

En gros beaucoup de bricolage autour de ces 2 outils. Aujourd’hui cette solution est toujours utilisée, mais pas pratique.

De toutes ces problématiques sont nés les CMS e-commerce avec gestion de contenu qui permettent avec un seul outil de gérer la partie gestion de contenus ET e-commerce :

  1. Drupal commerce : attention à ne pas confondre avec le CMS drupal qui lui ne gère que la gestion de contenu. (ce sont 2 noyaux applicatifs bien distincts). L’inconvénient est que ce CMS est récent. L’aspect positif est qu’à sa sortie plus de 70000 sites e-commerce à succès ont été créés. De plus on retrouve derrière Drupal une grande communauté très active. Il y a de forte chance qu’il devienne la référence incontournable dans les années à venir.
  2. RBSchange : l’avantage de ce CMS est qu’il est un spécialiste de ce domaine depuis plus de 10 ans d’expérience et donc qu’il a une maturité dans ce milieu.
  3. Ez published couplé à Magento à l’aide d’un connecteur : Sans doute la référence professionnelle incontournable dans ce milieu. Ez published (= CMS de gestion) lié à Magento (= CMS e-commerce) à l’aide d’un connecteur demande la connaissance et l’utilisation de 3 outils. De plus Magento est déjà un outil pro assez complexe la maîtrise de cet ensemble semble compliqué.

 

SEO et référencement, est-ce toujours différenciant d’un CMS à l’autre ? Les dernières bonnes pratiques.
Lors de la conférence il y a eu aussi des programmes sur le référencement. Mais très décevant car aujourd’hui les algorithmes des moteurs de recherche s’appuient principalement sur la pertinence et la cohérence des contenus, hors pour gérer cela il n’y pas d’autre solution que d’avoir une bonne structure html avec de l’information claire, concise et pertinente. En gros c’est à nous de faire attention à la structure et au contenu de l’information.

 

Conclusion :

L’ensemble de la conférence à notre goût n’étaient que des discours commerciaux visant à montrer que telle ou telle plateforme est la meilleure pour faire un site web.

En tant que techniciens, ce salon ne nous a pas apporté beaucoup car trop orienté commercial et décisionnel. L’aspect technique des CMS n’ayant quasi jamais été abordé.

Il faut tout de même retenir que ce salon nous aura permis d’avoir une meilleur visibilité sur les CMS e-commerce et une meilleure approche sur les sites mobiles via les CMS.

Commentaire

× 1 = sept