Qu’est-ce qui a déclenché notre passage à l’acte vers l’agilité

De Cyril Kirche dans Méthodes et Organisation

3 juin 2013

Au-delà de l’effet de mode, la décision de changer notre organisation et notre mode de production n’a pas été instantanée. C’est plutôt le résultat d’une lente maturation et plusieurs mois, voire années d’expériences.

Ainsi, notre décision de changer de méthode a été motivée par plusieurs points ou événements déclencheurs :

  1. Une inadéquation entre le développement et le besoin réel du client, induits par l’effet « tunnel » des méthodes classique tels que les développements en cycle en V : entre l’initialisation du projet, sa conception et sa livraison, il peut se passer plusieurs mois sans une réelle interaction avec le client (tests de plateformes, remise en cause de fonctionnalités en fonction de la stratégie, …).  D’autre  part, le mode de conception classique empêche le client de visualiser l’avancée de son projet, et de fait, le risque de dérive fonctionnelle est plus grand.
  2. Une organisation d’équipe qui ne permet pas suffisamment d’échange et de prise de décision par rapport aux compétences de chacun. Une mauvaise communication ou une décision mal prise peuvent entraîner à terme des glissements de projets qui pourraient être évités.
  3. Des clients demandeurs : de plus en plus de clients souhaitent pouvoir améliorer le suivi de leurs projets en évitant les dérives fonctionnelles. Un de nos clients pour lequel nous développons un certain nombre d’applicatifs a été sensibilisé à cette approche et a demandé à iMDEO de réfléchir à son implémentation pour ses projets. De ce fait nous avons pu ensemble nous former et faire notre apprentissage sur un premier projet pilote, qui a donné satisfaction. Un contexte client favorable est un atout inestimable pour ce type de démarche.
  4. L’adéquation des principes agiles avec l’organisation et la philosophie d’entreprise : nous avons (re)trouvé dans la philosophie agile les valeurs et principes d’organisation prônées par le Groupe Hervé auquel nous appartenons :
    - le management participatif, où les prises de décision sont collectives.
    - la coopération est encouragée et préconisée.
    - l’autonomie et la prise de responsabilité individuelle pour un collectif plus fort.
  5. L’appui de la direction : étroitement lié au point précédent mais néanmoins capital. L’adhésion de la direction à la démarche de changement est obligatoire, ne serait-ce que pour avoir les moyens adéquats : de formation ou encore logistiques pour réussir la transition.
  6. Parce qu’ à la lecture des principes et outils cela nous a semblé être tout simplement du bon sens… pragmatique, facile à comprendre et applicable.

 

Commentaire

9 × six =