La souris verte – ou comment l’informatique sauvera (peut-être) la planète

De Marion Bertholon dans Méthodes et Organisation

30 Juil 2019

Nous le savons tous, les prochaines décennies vont être capitales pour l’environnement. De son côté, l’informatique évolue de manière exponentielle aussi.

Mais est-ce que ces domaines sont liés ? Est-ce que l’environnement peut tuer l’informatique ou l’informatique peut sauver l’environnement ?

Je travaille pour iMDEO, agence Web et Mobile au sein du Groupe Hervé, dont le cœur de métier est l’installation et la maintenance des systèmes et des technologies intelligentes dans tout type de bâtiment.

A ma droite se trouvent mes collègues développeurs d’iMDEO, pour lesquels le mot environnement ne doit avoir que trois significations : Dev, Recette ou Prod. Quant à l’informatique, c’est toute leur vie, des jeux sur les applis jusqu’aux WebServices qu’ils développent 9h par jour.

A ma gauche se trouvent mes autres collègues d’Hervé Thermique pour lesquels l’environnement, c’est leur quotidien : panneaux photovoltaïques, capteurs et audit énergétique. L’informatique, c’est un peu une boite noire, bien utile tout de même pour la télé-relève.

Pourquoi l’informatique va tuer la planète ?

La production des TIC (Technologies Informatique et Telecom), génère plus de 45 millions de tonnes de déchets par an. Ce chiffre est toujours en augmentation et le taux de recyclage stagne difficilement à 20%. La société de consommation dans laquelle nous vivons ne promet pas une baisse soudaine de cette pollution, sans changement radical.

La consommation électrique mondiale, pour alimenter nos 14 milliards d’ordinateurs et autres TIC dépassent déjà la consommation annuelle de l’Allemagne. Et cette consommation double tous les ans.

Un DataCenter consomme lui tout seul autant d’énergie que la ville d’Agen. Et l’on peut en compter presque 9 millions sur le globe.

Même constat pour les emails : l’envoi d’un seul mail équivaut à avoir laissé la lumière de votre chambre allumé pendant une heure.

Ce que vous pouvez faire

Appliquer les 5 commandements de l’utilisateur écolo-branché – ou les 5 phrases de bon sens qu’on a dû vous répéter toute votre vie.

« Éteins la lumière quand tu sors ! »

2/3 des ordis sont alimentés lorsqu’ils sont en veille : éteignez-le en fin de journée, ce conseil s’applique bien sûr également à la cafetière et autres appareils.

« Arrête de regarder des vidéos »

Les vidéos sur Internet consomment 60% de la bande passante. Limiter le streaming ou baisser la définition a donc un impact immédiat.

« No spam »

Limitez les mails en supprimant après lecture ou vous désabonnant des newsletters.

« Je peux garder mon smartphone plusieurs années »

Ne changez pas de téléphone tous les ans, ou alors optez pour un reconditionné. Ils ont fait leur preuve.

« N’imprime que si c’est nécessaire »

J’imagine que vous le savez déjà. Mais saviez-vous qu’il existe une police d’écriture écolo ? Ryman Eco.  Cette police permet d’utiliser un tiers d’encre en moins grâce à sa structure atypique.

 

Pour les grosses sociétés qui génèrent du business avec ces TIC, elles ont commencé à prendre conscience du phénomène et même fait déjà des actions, saluées par GreenPeace, qui s’appuie sur un baromètre :  Click Clean.

Apple, par exemple, alimente ses structures 100% avec des énergies renouvelables.

Mes collègues sur ma droite (les développeurs), peuvent également faire des éco-applications, comme le tente Microsoft. L’astuce étant de se concentrer sur l’essentiel et non des gadgets consommateur de RAM dans tous les sens. Comme quoi, l’expérience utilisateur a aussi un impact environnemental ?

 

 

Pourquoi l’informatique va sauver la planète?

Mes collègues sur ma gauche (Hervé Thermique), comme de nombreuses sociétés, tentent de faire évoluer les choses au quotidien. Le métier de l’isolation et du chauffage a tellement évolué ces dernières années, en termes de contraintes sociales et économiques, que nous nous sommes rendu compte que ces solutions énergétiques environnementales devaient urgemment être mise en place.

Vous n’allez pas apprendre ici que le chauffage sous la fenêtre ouverte est inutile, mais ça y est, enfin nous sommes capable de mettre en place de la domotique intelligente, qui ouvre la fenêtre et ferme le chauffage intelligemment.

Cette intelligence, prédictive et artificielle, est elle-même portée par, et dans l’ordre : les capteurs, la télé-relève, l’application, le serveur, le datacenter….

En bref, la technologie et l’innovation ont actuellement un impact négatif sur l’environnement. Les mauvaises habitudes collectives mais aussi individuelles sont, comme toujours, la cause.

La bonne nouvelle, vue de ma fenêtre domotisée, c’est qu’au-delà de la prise de conscience individuelle, les (quelques) grosses sociétés et (quelques) gouvernements s’investissent pour faire changer cela, et inverser la tendance.

iMDEO recrute !

A la recherche de nouveaux talents (développeurs web et mobile, chefs de projet,...)

REJOIGNEZ-NOUS

A la recherche de nouveaux talents (développeurs web et mobile, chefs de projet,...)

Voir les annonces