Pourquoi comparer l’UX et l’UI est une erreur

De Sylvain Martinod dans Design|Méthodes et Organisation

30 Juil 2020

Beaucoup s’évertuent à tenter d’expliquer et comparer la discipline du design centré utilisateurs (UX) et du design d’interface (UI). Au delà de la bouteille de ketchup en verre ou en plastique, je vais tenter de vous expliquer pourquoi ce n’est pas vraiment comparable.

L’UI design : un des composants qui défini l’expérience

L’UI Design c’est le beau et l’UX c’est le pratique. FAUX ! Une bonne expérience se définit par le pratique en effet, mais aussi l’esthétique (même si c’est très réducteur pour l’UI Design). Nous sommes tous utilisateurs d’applications, sites, services, etc… et nous avons tous en mémoire des expériences qui nous ont marqués. Une esthétique cohérente, pas forcément la plus belle du monde, mais qui fait sens avec l’usage est importante dans l’expérience. C’est ce que va voir l’utilisateur dès le départ. Est-ce que vous iriez voir vos clients en pyjama ? Même si votre entreprise est très compétente, vous ne vous permettriez pas d’y aller dans cette tenue. Pourquoi ? parce que vous voulez faire une première bonne impression pour engager favorablement la suite des événements. C’est la même chose concernant l’expérience utilisateur, le premier regard peut être déterminant pour l’image de votre service.

L’UX Design n’est pas que de l’ergonomie

Je lis (trop) souvent des articles notamment sur Linkedin qui mélangent consciemment ou non le fait que finalement l’UX Design est l’interaction-homme machine. FAUX ! La dimension émotionnelle fait partie intégrante de l’UX Design. La détecter, la mesurer permet de comprendre des situations, par exemple de stress, qui peuvent être vécues par les utilisateurs. Cette dimension va bien au-delà de juste : l’utilisateur face à son smartphone. L’ergonomie est aussi un des éléments qui définit une bonne expérience. Pour en revenir à la vision réductrice de « l’UI design c’est le beau« , un UI Designer doit prendre en compte l’ergonomie, l’architecture d’information pour pouvoir construire intelligemment ses écrans.

l’UX prend en compte les besoins utilisateurs et aussi clients

En BtoB, la plupart du temps, le client vient avec un besoin qui est défini plus au moins bien dans un cahier des charges. Il est le fruit de plusieurs mois de réflexion et constitue déjà un effort conséquent de la part de votre client. En tant qu’UX, vous devez prendre la température du projet, la maturité de l’entreprise quant à la réflexion centrée utilisateur et challenger ce cahier des charges en vérifiant la présence d’une remontée d’informations sur les utilisateurs ciblés. Mais la plupart du temps, il n’y a rien. Vous devez donc remettre en cause ce cahier des charges et évangéliser le client sur l’importance de mettre dans la boucle l’utilisateur dès la phase de design. Il faut lui expliquer l’importance de dépenser des k€ supplémentaires (non prévus) afin d’éviter dans le meilleur des cas, une mauvaise direction du projet ou, dans le pire des cas, l’abandon pur et simple du service par les utilisateurs. La phase d’UI Design n’arrive que bien après toutes ces réflexions.

L’UX Design au service de l’humain

Est-ce qu’une expérience commence à l’ouverture de l’application et se finit à la fermeture de celle-ci ? Non, il y a d’autres points d’impacts lors de l’expérience à évaluer : mail, notification push, appel téléphonique, stand, borne d’accueil, plaquette, affiche, etc. Qui nous dit que la meilleure expérience passera par le numérique ? Personne. Il faut pouvoir identifier les moments d’échanges humains pour qu’ils restent à minima de qualité. Si vous les interrompez avec des contraintes numériques, vous allez dégrader l’expérience. Et dans certains cas, l’UI Design n’est même pas de la partie.

Les choix techniques au service de l’expérience

Une fois l’étude réalisée et le besoin utilisateur plus clair, l’UX Designer doit recouper avec l’équipe technique pour trouver la meilleure solution afin de répondre au mieux à l’usage du service. Cet échange doit se faire avant la phase d’UI Design car ces choix sont cruciaux et détermineront le socle, le framework, les composants, etc… qui impacteront directement la phase d’UI Design. Vous pouvez avoir une ergonomie intelligente, une architecture d’information orientée utilisateur, une esthétique en adéquation avec l’usage mais si les choix techniques ne sont pas bons, l’expérience peut devenir désastreuse.

 

En conclusion

Ce sont pour toutes ces raisons (et il en existe d’autres) que mettre en parallèle l’UX et l’UI Design est une erreur, les deux disciplines ne jouent pas sur la même échelle d’intervention sur un projet. L’UX designer, au-delà de réaliser l’étude, il est aussi un coordinateur avec les différentes parties prenantes du projet du point de vu utilisateur : client, chef de projet, UI Designer (s’il ne l’est pas lui-même), l’équipe technique. Il faut négocier, challenger, imaginer, évangéliser à tous les stades afin de rester vigilant sur les enseignements et arriver à la meilleure expérience possible. Alors bon courage à tous les UX et gardez la foi car ce n’est pas toujours simple.